Le Monde D'Isilgardh

Le Monde d'Isilgardh est un jeux de rôle par forum
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Banque

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Nylarad
Noob
Noob
avatar

Masculin Nombre de messages : 46
Age : 102
Niveau : Niveau 2
Métier : Troubadour
Date d'inscription : 18/11/2006

Feuille de Personnage
Points de Vie:
67/80  (67/80)
Points d'Actions:
20/20  (20/20)
Points d'Expérience:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: La Banque   Jeu 30 Nov - 10:17

Je quitte donc fièrement le marché, n’ayant en tête que mon vol de corde, et, je fonce à toute allure vers l’auberge, heureux d’y prendre un bon repas suivit d'une bonne nuit de sommeil… Car demain sera un grand jour…

Le cœur près de la main, je me réveille le matin avancé… M’étirant, je rencontre un morceau de métal froid qui sommeil près de mon oreiller.... En tâtonnant l’édredon couché à mon côté, j’imagine la forme délicieusement arrondi d’un gobelet. Rassuré, je continu à rêvasser impunément, en me disant que le vin de la veille m’avait vraiment fait tourner de l’œil…

Au dehors, le soleil dardait déjà de ses chauds rayons réconfortants la nature qui s’éveillait doucement… Ouvrant à demi un œil crotté, je vois des raies d’un blanc jaunâtre s’infiltrer au travers de la jalousie, fermée par des fines lattes de bois écorchés. Un nuage de fines poussières en suspension, ballotées dans l'espace lumineux, dansent un ballet aérien au côté des rideaux qui frémissent aux mouvements légers de l’air.

* Comment se fait-il que je n’ais pas songé à fermer les battants de la fenêtre, en me couchant hier au soir ? *me dis-je en m’étirant longuement avide d’un plaisir sensuel si peu coutumier… * Il est vrai que dormir à la dure, sous la voûte étoilée, n’a rien de comparable avec la douceur douillette de mon plumard … *

Je me lève en baillant aux corneilles d’une nuit trop courte, paresseux comme un véritable chat… Faisant le tour de ma chambre afin de réchauffer mes muscles courbaturés de longues heures d’un sommeil agité, d’idiotes pensées me harcellent.

* … Déjà habillé, renégat ! … La cuite de la nuit passée t’aura au moins aidée pour cela. … Hum… Trop saoul pour t’en rendre compte nigaud de Nylarad !…comme d’habitude… Maudit alcool ! … Maudit couillon ! … Et pourtant mon dieu que c’est bon ! … *, songeai-je encore un peu sous l’effet de la boisson de la veille… * Il est vrai que je me suis endormi avec mes vêtements comme couverture... *

Voyant la bassine remplie d’eau propre, je décide de me rafraîchir de mes sueurs nocturnes ; puis ramassant la serviette moelleuse, je m’en tamponne le visage délicatement afin de l'assécher sans trop arracher les croûtes rougeâtres de peau sèche.

Glissant mon regard sur le blaireau et son compagnon inséparable, je me dis, que ce n’est pas ce matin qu’ils vont de nouveau me séduire… En repensant à la matinée précédente, je passe ma main calleuse sur les égratignures dessinant encore de délicates balafres sur mes joues toujours en feu. Sentant la texture désagréable de ma peau, je ris dans ma barbe d’un jour… * Évidemment, j’aurai la tête de l’emploi !… et ils vont certainement me prendre pour un voleur de banque ! *

Me penchant sous le lit à la recherche de mon sac, je me surprends à songer à mon ami Alois. Sa confiance en lui-même, son regard profond et rassurant… ces gestes vifs supportés par ses paroles peu nombreuses mais précises m’inspirent… Moi qui a la fâcheuse habitude de trop parler !

* … Comme je dois prendre la peau d’un homme de prestige, … pourquoi ne pas emprunter la personnalité d’Alois ? Je n’ai qu’à m’imaginer être à sa place, agissant tel qu’il le ferait dans une situation semblable… et tout ira pour le mieux, j’en suis certain ! … *

Me relevant d’une main tenant mon sac de l’autre, je poursuis mon délire… * … Et bien mon ami, je me servirai de toi comme modèle, voilà tout ! *

M’assoyant sur le bord du lit, j’ouvre mon sac à la recherche de ce que j’ai besoin. J’y reconnais ma petite boîte métallique, la corde, ma cape, ainsi que mon foulard. Je sors ce dernier, le déposant sur les couvertures, y laissant par contre le reste bien à l’abri, au cas où j’en aurais besoin en cours de route. Je noue solidement mon foulard, cachant en partie ma longue chevelure, met mon sac en bandoulière, tout en vérifiant si ma courte épée est bien à sa place et sors de ma chambre. Le silence le plus complet règne à l’étage.

Bien décidé à faire mes preuves de gentilhomme devant les banquiers, je descends les escaliers menant au rez-de-chaussée, marchant vers la sortie d’une allure convaincante.

J’aurais aimé pouvoir avertir l’affreux propriétaire de ma sortie dans le village, de ma prochaine visite à la banque et pourquoi pas d’une quête d’aventures. Mais je dois à tous prix me taire ! Conserver le silence le plus complice avec ce désir fou que j’ai de ne rien garder pour moi, de tout partager, m’est pourtant si difficile !

En tâtant avidement le fond de ma poche, histoire de vérifier si mon or y dort toujours, je caresse avec avidité la petite bourse d’une main fébrile, en me disant... * De toute manière, ce n’est que lui ! Cette vulgaire chose détestable, cette sale tache de poussière, toujours déguisé en courant d’air comme à son habitude. Lui, l’ordure de maison, ce valet de pots de chambre qui ne brille hélas, que par son absence et ses yeux hagards lorsque l’on en a un besoin urgent… *

Je me résigne donc à quitter les lieux, dans la plus grande discrétion, sans l’avertir de mon absence peut-être prolongée, me demandant toutefois... * Est-il vraiment au courant de tout ce qui se trame en sourdine dans sa demeure ? Il est quand même le propriétaire des lieux... non ! Et pourtant… *

Enfin sur le perron, je prends un grand soin de bien refermer derrière moi. Adossé à la porte d’entrée, levant les yeux légèrement chatouillés par l’intensité éclatante du soleil, je contemple un splendide ciel bleu clair, où s’amusent de beaux oiseaux blancs, dans un bal envoûtant de piaulements enjoués. D’une blancheur exceptionnelle, ils m’imposent un grand respect.

* … Que j’aimerais être un des leurs, libre et fier d’aller où bon me semble ! Libre comme le vent ! Léger et heureux, m’amusant de simples jeux, tels des enfants innocents aux cœurs purs, sans contraintes ni interdits dans la vie.*

Baissant légèrement les yeux au sol, je traverse l’allée résigné. Je n’aurai jamais assez de courage pensais-je subitement.

* …Et si l’on me volait mon or ? Et si l’on m’interdisait l’entrée de ce lieu privilégié comme un simple va nu pieds que je suis réellement ?…*

Frappant du bout du pied un caillou inconvenant, je murmure tout bas pour ne pas être entendu de qui que ce soit, comme si quelqu’un pourrait me suivre de près… * En réalité, ce qui te manque le plus en ce moment Nylarad…, afin d’être capable de calmer plus aisément tes pensées vagabondes… serait de croire que tu vas pouvoir agir de ton mieux le moment venu. *


Me donnant l’air rassuré de quelqu’un de décidé, je sors de la propriété, faisant crier le portail de métal derrière moi. Tout en marchant rapidement le long du large muret de pierres, enveloppant et protégeant la grande propriété d’une ceinture dissuasive, j’imagine déjà mon or dans un solide coffret, bien au chaud à Turbino.

* Vas-t-en Nylarad… vas vers ton destin…marche vers la banque, oubliant ta peur, tes craintes stupides et tes doutes... Il vaut mieux que tu affrontes ces sales Banquiers, ces sales gueules de gobelins aux longs doigts crochus et radins… que de te retrouver devant la froide sentence d’une bourse volée… *

Rien ne semble bouger dans les environs. Le calme plat à l’horizon. Marquant un arrêt, je prends le temps de me retourner afin de jeter un dernier coup d’œil à la vieille demeure ancestrale, dans le but évident de vérifier que personne ne me suive. Elle semble abandonnée à la morosité de la décrépitude et pourtant tant d’intrigues s’y déroulent…

Reprenant ma marche, j’emprunte allègrement le chemin sinueux conduisant au quartier luxueux où se situe la banque. Les maisons aux toits de bardeaux, se distendent maintenant un peu plus, se faisant plus petites, moins cossues et sans cachet particulier. En général recouvertes de pierres grises, elles me paraissent ternes et sans attrait, malgré l’éclat du soleil de cette journée exceptionnelle. Elles me donnent l’impression fugace de vouloir se fondre dans le décor.

Les rares passants que je croise, me jettent des regards étranges, intrigués. Le foulard cachant mon épaisse chevelure, l’énorme anneau à mon oreille gauche, les breloques pendant à mon cou, le visage égratigné sur une barbe hirsute, une lanière de cuir cintrant ma tunique déchirée et entrouverte au collet, doivent certainement me donner l’allure d’un corsaire marchant négligemment loin de sa rade.

Je me dis en y songeant de nouveau... * Je dois leurs donner la frousse, avec mon drôle d’air d’être en quête d’escarmouches ou à la recherche de quelques butins à revendre... *

*… Hum ! … faut surtout pas se fier aux apparences, car elles sont souvent trompeuses… *, pensais-je en riant dans ma barbe, tout en continuant d’avancer rapidement sur les rues qui s’entrelacent en mouvements de méandres. Certaines devenant piétonnières, se transforment bien subtilement en ruelles s’entrecroisant, aussi sombres et tortueuses les unes que les autres, malgré le soleil déjà haut dans le ciel. Imaginant les aventures rocambolesques qui m’attendent, je presse le pas, anxieux d’arriver à la banque…

Dans ce dédale interminable de ruelles incertaines, je demeure aux aguets. Ma démarche se fait timidement fluide et devient à l’occasion sournoise. Tel un chat apeuré, je bondi surpris au moindre bruit. Un sceau renversé au hasard me fait sursauter. Une barrière en ferraille crissant entre les mains d’un enfant m’inquiète un instant. Une pierre renversée du bout d’un pied maladroit ou une bassine que l’on jette dans le caniveau, me glace le dos. Ma témérité flanche régulièrement, lorsqu’une ombre méconnue se fait exagérément furtive, et que sans me prévenir, elle s’allonge un peu trop, au détour d’une maison élancée, me donnant alors l’impression d’une longue silhouette qui me guette tapie contre mon dos, n’attendant que l’occasion propice, pour me sauter dessus. Je porte alors la main à ma bourse… Heureusement elle y est toujours !

Derrière chacune des portes et des rideaux tirés, se cache peut-être une main ennemie, tenant l’arme fatale ? Dans le fouillis des hangars délabrés, aux murs lambrissés de planches écartelées, des regards suspicieux me semblent se tourner vers mon sac pendu en bandoulière.

Dans leurs entrailles gourmandes, les ruelles de Turbino, révèlent à la face secrète du monde, mon effroyable tourment. Forçant l’allure de ma marche, propulsée par la peur morbide du vol de mes piécettes d’or… je m’interroge… Comment cette maudite peur qui habite mon ordinaire peut-elle devenir une cruelle hantise ? Moi qui ne suis qu’un piètre voleur, cabotin et troubadour… je crains ce que je crée…

* … Vaurien… tu n’es qu’un vaurien ! Toute ta vie, tu ne seras qu’un voleur au cœur perfide fuyant au grand jour… par peur de ton ombre ! * murmurai-je pour moi-même ; tandis que les jalousies battent au vent dans les hauteurs des maisons enlignées, un chat noir crache son venin au détour d’une ruelle, un badaud apeuré s’éloigne sous une porte cochère…

Me faufilant entre les promeneurs solitaires, je poursuis vers la place centrale, où je sais retrouver les commerces bondés et les étales de toutes sortes, me donnant ainsi d’attrayantes occasions de fuir mon imagination fertile. Remettant à plus tard mes talents de voleurs.

* … L’heure à sonner ton glas Nylarad… tu ne peux reculer devant l’inévitable souricière, qui se referme inexorablement sur toi ! L’instant de mettre ton or en sécurité approche à pas de géant… *


Dernière édition par le Jeu 30 Nov - 17:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nylarad
Noob
Noob
avatar

Masculin Nombre de messages : 46
Age : 102
Niveau : Niveau 2
Métier : Troubadour
Date d'inscription : 18/11/2006

Feuille de Personnage
Points de Vie:
67/80  (67/80)
Points d'Actions:
20/20  (20/20)
Points d'Expérience:
17/30  (17/30)

MessageSujet: Re: La Banque   Jeu 30 Nov - 10:27

Elle s’offre enfin fièrement à ma vue dans le carrefour menant à la place centrale… Imposante construction de pierres provenant sans aucun doute des carrières avoisinantes, la Banque de Turbino gît majestueusement devant moi, sa porte massive n’attendant que mon bon plaisir… Les quelques marches que je dois gravir avant d’atteindre l’entrée principale semblent gémir sous mes jambes soudainement prises d’un vacillement incontrôlé…

Avec la hardiesse du soulagement que me procurera bientôt l’ouverture de mon compte en banque… je grimpe allègrement les larges marches, fort du réconfort et de la satisfaction que je ressens à l’idée de mettre mon or en sécurité…

Halant la porte à l’aide de l’étrange poignée à la patine d’un bronze brossé, j’entre à l’intérieur de l’immense hall éclairé par de magnifiques vitraux peints de fresques épiques, richement enchâssés de lampes torchères jetant une lumière tamisée…

L’allée centrale d’une largeur peu commune s’étalait droit devant Nylarad, qu’il se serait cru dans une immense salle de bal. Les hauts murs placardés de bois précieux aux chaleureux coloris chatoyants donnaient un cachet d’une richesse particulière à ce lieu feutré, malgré le va et vient inlassable d’employés et de gens de tous les acabits… Dans leurs costumes d’une rare élégance aux couleurs choisies avec goût, les habitués de cet établissement de marque dissonaient étrangement avec l’intrus que j’étais dans son accoutrement bigarré aux marques évidentes d’un vil manque de raffinement.

Les têtes chapeautées se retournaient sur mon passage que je voulais pourtant discret… et le cliquetis des armes rutilantes qui s’entrechoquaient faisait foi d’un ahurissement général…

* Advienne que pourra ! ... * se bousculèrent en un quiproquo incessant, les idées contrariantes dans mon esprit agité… * Tu n’es qu’un méprisable loufoque en quête de gloire et de la sécurité qui t’es si chère… *

Arrivé devant le bureau vide du secrétaire… je piétine sur place, prêt à faire marche arrière… Levant les yeux l'instant d'après, j’aperçois un affreux gobelin qui me regarde d’un air hautain…

- Allez ! Allez ! Avancez ! me lance-t-il en me toisant froidement de son regard noir. Tout en abaissant ses horribles lunettes de cercle argenté sur le bout de son nez effilé, il se gratte l’oreille dont les poils hirsutes dépassent négligemment en se confondant à la masse graisseuse de ses cheveux crépus d’un blanc douteux…

- Vous attendez que passe la charrette ou quoi ? poursuivit-il d’une voix tristement nasillarde…

« … L’histoire est que j’avais peur de me faire voler ma… »

- Allons messire le troubadour ! votre place n’est point ici !… dit-il dans un crachin venimeux. Tandis qu'il lorgnait mes habits de pieds en cape, un sourire narquois vint pincer son visage cireux, ramolli par les ans dans un ravage de plis repoussants…


« … C’est que j’ai quelques pièces d’or à vous remettre au cas où… »


-Mais… Lâchant un soupire d’impatience… Venez-en au fait tout de même !… sifflota-t-il en se pinçant une seconde fois le nez, comme si je n’étais qu’un vulgaire tas de fumier…

« … Et bien voilà le pourquoi de ma venue en ce lieu bien étrange à mon avis… »

- Qu’à cela ne tienne ! grommela-t-il se levant tout en tendant le bras vers un garde qui se promenait comme un fantôme entre les clients affairés de la banque, agitant alors sa main occupée à jouer avec une magnifique plume d'oie…

« … Non ! non ! non ! Ne faites surtout pas ça ! Je veux m’ouvrir un compte dans votre établissement légendaire … Depuis tant d’années que vous servez une clientèle choisie et triée avec un soin judicieux … J’aimerais bien en être du nombre ? Et je crains pour ma petite fortune… »

Molestant l’amoncellement de papiers de sa main chétive derrière le comptoir embourbé, il fouilla tout en se grattant derrière l’oreille, trouvant finalement ce qu’il cherchait…. Il me glissa alors un vulgaire papier jauni du bout de ses doigts crochus, ornés d’ongles racornis dans leurs courbures extravagantes…

M’étirant sur la pointe des pieds, je vacillai en tentant de lui arracher le papier à valeur légale… qu’il agrippait toujours avec un plaisir malsain inscrit au fond de ses yeux vicieusement arrogant…

- Remplissez le tout correctement ! si non… vous vous retrouverez sans le sous !… Une erreur se glisse si facilement… Et n’oubliez surtout pas qu’il vous coûte 2 pièces d’or pour l’ouverture de votre compte… Par contre vous obtiendrez 25% d’intérêt deux fois par mois… Ce qui n’est pas à dédaigner…

Tremblant de peur, le visage en sueur et les mains brillantes d’une moiteur inégalée, je lui arrache la plume d’oie qu’il me tend, l’avidité dans le regard…

Jouant alors avec le papier, je le retourne gauchement pour réaliser qu’il s’agit bien d’un papier officiel.

Bordereau de dépôt aux coffres de la Banque de Turbino.

En ce Trentième jour de …l’an de Grâce…

Nom : Nylarad
Race : Humain
Métier : Troubadour à la recherche d’un emploi
Nombre de quêtes : 0
Pièces d’or déposées : 8 PO

En foi de quoi !... il y apposa sa signature

Nylarad le Troubadour…


Nylarad tenant toujours la plume dans sa main, relut attentivement sa fiche… des taches d’encre éclaboussées venaient négligemment tenir compagnie à son écriture quasiment illisible…

D’une main incertaine, il tendit le feuillet nerveusement plié au secrétaire qui le toisa de son regard perfide…

Il ouvrit le pli, lut les yeux grands comme les piécettes d’or que lui glissait le jeune voleur…

« Voici toute ma fortune messire le caissier… Prenez-en bien soin… car jamais je n’ai été aussi riche !… », réussit-il à brailler en tenant dans sa main avide les deux dernières pièces…

Allongeant le bras sur le comptoir afin de prendre de sa main radine la petite somme que lui avait avancé le jeune homme… il agrandi de nouveau ses yeux assombris, incrédule devant l’évidence qui s'offrait à lui…

- Mais le compte n’y figure point jeune étourdi ! … Passez-moi donc sur le champ, les deux pièces d’or pour l’ouverture de votre compte… Essayerez-vous d’échapper à nos accords… Et faites-le prestement, de peur que j’appelle le garde afin qu’il vous fasse voir les caves de la prison…

Nylarad remit aussitôt les deux pièces au cassier… et celui-ci s'esquiva sans explication... Il attendit tout en se trémoussant nerveusement devant le comptoir que le secrétaire revienne…

-Voilà votre reçu jeune homme… Conservez-le précieusement, car il fait preuve de votre dépôt… et de votre bonne foi !

Nylarad survola d’un coup d’œil le papier marqué du sceau de la célèbre Banque de Turbino… Tout lui sembla parfait… Il pouvait maintenant sortir au grand air, rassuré que son or se trouvait en sécurité…

Jetant un dernier regard satisfait à l’homme toujours campé debout derrière ses lunettes qu’il avait remonté à la naissance de son affreux nez aquilin, il plia son reçu et le mit précieusement dans sa poche…

« … Bien l’bonjour Gentilhomme… et que les coffres gardent précieusement les serrures cadenassées sur mon or !…. »

Il marcha alors candidement vers la sortie, affrontant plein d’une nouvelle assurance, tenant toujours la plume dans sa main... tandis que les regards qui se tournaient curieux à son approche…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître de la Lumière
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 824
Métier : Maître du Jeu
Date d'inscription : 24/09/2006

Feuille de Personnage
Points de Vie:
777/777  (777/777)
Points d'Actions:
777/777  (777/777)
Points d'Expérience:
777/777  (777/777)

MessageSujet: Re: La Banque   Jeu 30 Nov - 19:41

* Encore un Rp dépassant mes éspérances... C'est vraiment super (long ^^ mais trés interessant). Tu es, pour l'instant, le meilleur Rpiste d'Isilgardh World! Nyralad gagne 3xp pour son Rp!

* Nyralad ouvre un compte et perd 10 PO!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://isilgardh-world.forumactif.com
Sinistraë
Héros
Héros
avatar

Masculin Nombre de messages : 158
Date d'inscription : 15/11/2006

Feuille de Personnage
Points de Vie:
24/65  (24/65)
Points d'Actions:
0/20  (0/20)
Points d'Expérience:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: La Banque   Ven 15 Déc - 22:23

Sinistraë passa les portes de la banque presque tout le temps ouverte presque en courant. Il s'arrêta un instant sur le peron, et toisa l'assemblée grouillante de l'interieur de cette banque. Il descendit à petits pas vers le guichet qui l'avait accueillit la première fois. Accueillit, si on peu parler ainsi. Du haut de sa grande chaise et par dessus son bureau, le petit gobelin regarda négligement l'elfe. *Ces créatures sont mesquines... Comment la Nature à peu enfanter ceci?*

- Moui? Qu'y a-t-il?
- Je voudrait déposer de l'argent.


Le ton du gobelin se fit tout à coup plus caressant, et ses yeux s'allumèrent d'une lueur lorsqu'il entendit la phrase de l'elfe.

- Pouvez-vous me dire votre nom s'il vous plait cher client ?
- Sinistraë. Et vite !


La créature s'empressa de chercher dans ses papiers et en sortit un petit dossier.

- Sinistraë... Moui... 0 Quête?
- Non, une.
- Je corrige tout de suite... ... ... Donc, 8 Pièce d'or dans le coffre. Vous voulez en mettre combien?
- 7 autres.
- Donnez les moi s'il vous plait.


Sinistraë sortit les pièces de sa bourse et les mit sur le bureau. Ce bureau de marbre était telement haut placé que l'on se sentait petit à côté. Ce côté superieur enerva Sinistraë. *Heureusement pour eux qu'ils servent...*
- Merci, votre demande est enregistrée. Au revoir.

Maintenant qu'il avait les pièces en mains, le banquier n'avait plus la moindre considération pour son client. * C'est bien ce que je disait... Mesquin.* Et il sortit aussi vite qu'il était entré, pour aller cher le Seigneur Valom.

7Po a la banque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître des Ténèbres
Designer
Designer
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 111
Niveau : infini
Date d'inscription : 28/10/2006

Feuille de Personnage
Points de Vie:
666/666  (666/666)
Points d'Actions:
666/666  (666/666)
Points d'Expérience:
666/666  (666/666)

MessageSujet: Re: La Banque   Ven 15 Déc - 22:55

cela fait longtemps que la banque n'a pas été mise a jour alors je m'en charge maintenant...

attention les yeux...

*************************************************************

Sinistraé gagne 2 PO le 15/11 (j'arondi a 30jours par mois pour simplifier le calcul), puis 2 PO le 10/12 (arrondi a l'inférieur de 2,5, on est chez les gobelins quand meme.) en ajoutant les 7 PO du 15/12, Sinistraé a désormais 19PO a la banque, plus 25% pour le 10/01.

Torklund gagne 2 PO le 15/11, plus 2 PO le 10/12. Torklund a désormais 12 PO a la banque, plus 25% pour le 05/01

Eramanth gagne 2PO le 15/11, plus 2 PO le 10/12. Eramanth a désormais 12 PO a la banque, plus 25% pour le 05/01.

Morkvinte gagne 2PO le 17/11, plus 2PO le 12/12. Morkvinte a désormais 12 PO a la banque, plus 25% pour le 05/01.

Necomortis gagne 2 PO le 28/11. Necomortis a désormais 10 PO a la banque, plus 25% pour le 23/12. (Joyeux Noel!)

Julia gagne 2PO le 30/11. Julia a désormais 10 PO a la banque, plus 25% pour le 25/12.

Antechrista gagne 2PO le 2/12. Antechrista a désormais 10 Po a la banque plus 25% le 27/12.

Elrohir gagne 2 PO le 2/12. Elrohir a désormais 10 Po a la banque plus 25% le 27/12.

carline gagne 2 PO le 9/12. carline a désormais 10 Po a la banque plus 25% le 4/01.

Sinistraé gagne 2 PO le 12/12. Sinistraé a désormais 10 Po a la banque plus 25% le 7/01.

Henharma gagne 2 PO le 13/12. henharma a désormais 10 Po a la banque plus 25% le 8/01.

Argh! ces minables aventuriers commencent a se faire de l'argent! vivement qu'ils soient a ma merci pour que je reduise ces sommes ahurissantes!

*************************************************************

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eramanth
Aventurier
Aventurier
avatar

Masculin Nombre de messages : 144
Age : 29
Niveau : Ici ailleur qu'en sais-Je?
Métier : poète de son état
Date d'inscription : 25/09/2006

Feuille de Personnage
Points de Vie:
85/85  (85/85)
Points d'Actions:
20/20  (20/20)
Points d'Expérience:
40/60  (40/60)

MessageSujet: Re: La Banque   Ven 15 Déc - 23:24

Eramanth sortait de son combat dans l'arène et une bonne nuit de repos l'avait remis sur pieds.

Désormais qu'il se sentait en pleine forme, il se rendit compte que son corps avait vraiment progressé et que ses efforts lui avait ouvert une clé de sa conscience: il etait désormais capable de manier un nouveau sort! Sa théorie etait simple: ce sort devait etre dans son esprit depuis le début de sa vie, mais seul un effort extrement et l'experience de la vie peut épanouir quelqu'un au point de réeler une partie du contenu de son subconscient.

Aujourd'hui il avait put s'epanouir a ce point, et sut que cela etait une merveille, il se jeta hors de son lit et pria une louange a mère nature pour la remercier que de telles aventures puissent lui etre arrivées.

Lorsque cette prière fut enfin terminée, il se leva et se dirigea directement vers la taverne. Inutile de prendre une douche de feu, car il etait si fébrile que son corps dévellopait une chaleur qui brulait toute trace de saleté sur lui. De plus, son estomac ne lui quémandait pas encore d'attention et en tant qu'efrit il savait tre bien qu'il n'avait pas besoin de manger chaque jour comme un humain, car l'energie du soleil le rassasiait et lui suffisait.

Ainsi il arriva devant la porte de cet édifice, et une fois encore sourit devant la majesté de ce batiment.

Lorsqu'il franchit la porte, il se rendit compte que de nombreux regards se tournaient vers lui, et sourit en regardant toutes ces personnes, probablement des spectateurs du combat de l'arène.

Il etait fier d'y avoir participé, fier d'y avoir gagné, mais n'osait guère montrer un trop grand orgueuil qui nuirait a son travail de troubadour.

Il remercia tout de même copieusement les quelques jeunes qui lui faisaient de rares compliments. Mais a chaque fois il leur rappelait que toute l'equipe avait gagné, et non pas lui!

Enfin il arriva devant le bureau, et le gobelin qui déja l'avait servit auparavant s'interessa a lui le temps d'une courte entrevue

Tiens, bonjour monsieurs...Eramanth c'est cela?

- Cela même, pour vous servir.

-Vous venez pour un dépot ou un retrait?
Cette phrase fut accompagné d'un regard dédaigneux vers lui.

-Et bien, vous etes direct. Je viens pour vous fournir un peu plus d'or même si mes maigres économies ne sont pas vraiment énormes...

-Nous sommes ici pour travailler, pas pour parler.


Ce fut tout ce qui fut dit. La dernière phrase de l'être fut quand même accompagnée d'un petit geste rapide grace auquel le gobelin prit la bourse tendue par Eramanth. De toute apparence cette créature n'aimais pas parler et etait plus interessée par ce qu'elle tenait dans la main et comptait désormais. Du moin c'est ce que quiconque aurait pu déduire du regard avare qu'il portait sur les quelques pièces de l'efrit.

D'un petit geste du visage, il congédia celui ci et fit signe au suivant de s'avancer.

Eramanth sortit en souriant de la salle.

Eramanth a laissé 14PO sur son compte. valeur du compte: 27PO, plus 25% le 10/01 (15/12 +25jours arrondis)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mina
Noob
Noob
avatar

Féminin Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 03/01/2007

Feuille de Personnage
Points de Vie:
35/65  (35/65)
Points d'Actions:
18/20  (18/20)
Points d'Expérience:
13/30  (13/30)

MessageSujet: Re: La Banque   Jeu 4 Jan - 17:53

Mina arrivait dans le village de Turbino. Elle avait l'intention de se rendre à la taverne afin de rencontrer du monde et, éventuellement, trouver un métier. Mais elle savait une chose commune à toutes les tavernes qu'elle avait visitées. Il y a trois types de personnes qui ont de l'argent dans une taverne: l'aubergiste, mais son or est très bien gardé, les fous inconscients, qui ne connaissaient rien aux tavernes et repartaient souvent les poches plus légères qu'en entrant, et ceci n'étant pas uniquement dû aux consommations, et enfin, les voleurs, qui ont dans les poches l'or des inconscients. N'appartenant ni à la première, ni à la deuxième, et ne souhaitant pas être victime de la troisième, Mina avait décidé de faire une escale dans la banque pour y déposer son or.

Arrivant dans le hall d'entrée, elle se dirigea vers l'un des comptoirs. Il était occupé par un gobelin, qui semblait à la limite du surmenage. Il remplissait des colonnes de chiffres avec un air affairé, et Mina se dit que pour rien au monde elle ne voudrait être à sa place.


Bonjour. Je viens en ces lieux dans le but d'ouvir un compte et d'y déposer mon or. Pourriez-vous m'indiquer la démarche, d'il vous plaît?

Il vous faut remplir ce formulaire, et ça vous coûtera deux pièces d'or.

Le gobelin lui tendit un morceau de parchemin.

Citation :
Nom :
Race :
Métier :
Nombre de quêtes accomplit pour le moment :
Pièce d'or placé en banque :

Mina se saisit d'une plume et d'un encrier qui traînaient, et remplit le parchemin de son écriture alambiquée. Ceci fait, elle le rendit au fonctionnaire qui l'observa d'un air critique.

Citation :
Nom : Mina
Race : Elfe
Métier : Aucun, pour l'instant
Nombre de quêtes accomplit pour le moment : 0
Pièce d'or placé en banque : 8
/Hrp : PO placé le 04/01/07 augmentation de 20% le 18/01/07 \


L'elfe lui remit ses pièces d'or.

Très bien, votre compte est ouvert. Vous pourrez récupérer votre or dans 14 jours, avec les intérets. Si vous le retirez avant, vous perdrez les intérets. Maintenant, veuillez partir, je suis très occupé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Necomortis
Aventurier
Aventurier
avatar

Masculin Nombre de messages : 111
Age : 28
Date d'inscription : 02/11/2006

Feuille de Personnage
Points de Vie:
58/70  (58/70)
Points d'Actions:
20/20  (20/20)
Points d'Expérience:
32/65  (32/65)

MessageSujet: Re: La Banque   Jeu 11 Jan - 21:32

Necomortis décida de laisser Draling seul, accompagné de cette charmante femme. Il se retourna un instant en quittant le lac et vit cette magnifique créature rougir à la suite d'un chuchotement de Draling. Il se retourna et se consola en se disant qu'il n'existait pas qu'une seule femme sur cette terre et qu'il en trouverait sûrement une autre. Necomortis se dirigea donc vers la banque pour pouvoir s'équiper à l'armurerier. En effet, il manquait cruellement d'armement.

Necomortis se perdit dans les ruelles sombres de la ville : il ne savait plus où était la banque. Il y vit des mendiants ainsi que des personnes à qui il manquait tantôt un bras, tantôt un pied. Lui qui pensait que la misère n'existait pas ici, quel idiot! pensa-t-il. Il réussit à se réorienter grâce à la longue traînée de fumée que produisait la taverne. C'est en se rendant vers la banque par ces ruelles qu'il le recontra, un elfe noir que Necomortis cru comem moitié fou. L'être lui tînt ce discours :

"Dis donc comme on se retrouve mon cher Necomortis! Tu as changé de camp à ce que je voit n'est-ce pas? Quel beau combat tu as fait dans l'arène, je t'ai vu du haut des gradins. Magnifique... Il lui sourit.On voit que tu est toujours aussi lâche! Tu a proposé un duel à un combattant pour sauver ta vie, tu n'as donc aucun honneur? Je te propose, enfin... Nous te proposons, de te rejoindre à nous pour détruire ce monde. Nous manquons cruellements d'elfes comme toi tu le sait?"

Ce n'était pas possible. Comment ces elfes avaient-ils pu le retrouver? Necomortis pris ses jambes à son coup et courra vers la banque pour oublier ce qui venait de se passer. Il avait vu l'un des elfes Sélénites avec qui il coopérait! Necomortis se calma et s'empressa d'oublier ce moment. Il ouvrit l'énormissime porte de la banque et se dirigea vers un gobelin :

"S'il vous plaît, pourrais-je retirer 10 sous?
-Voici votre dossier monsieur Necomortis

Necomortis se demandait toujours comment les gobelins pouvaient connaître un client qu'ils n'avaient jamais vus, en effet, ils étaient très nombreux dans la banque. Sûrement possédaient-ils une sorte de mémoire collective...

-Sans vouloir vous offenser monsieur le noble trésorier, mais il me semble que mon compte n'as pas été mis à jour. Je souhaiterait si possible que cela soit fait la prochaine fois que je vienne."

Necomortis était très habile, il venait de flatter le gobelin qui accepta sa remarque sans aucun ronchonnement.

L'elfe se dirigea donc prestement vers l'armurerie avec ses 10 PO en plus dans la poche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître des Ténèbres
Designer
Designer
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 111
Niveau : infini
Date d'inscription : 28/10/2006

Feuille de Personnage
Points de Vie:
666/666  (666/666)
Points d'Actions:
666/666  (666/666)
Points d'Expérience:
666/666  (666/666)

MessageSujet: Re: La Banque   Jeu 11 Jan - 22:07

*************************************************************

Draling a 20PO a la banque, il peut reprende 24 PO le 14 janvier

Torjlund a 20PO a la banque, il peut récupérer 24 PO le 14 Janvier.

Skarnos a 20PO il peut reprendre 24PO le 14 janvier

Eramanth a 41PO il peut reprendre 49PO le 14 janvier.

Necomortis a placé 20PO il peut reprendre 25 PO le 27 janvier

Julia a placé 17PO elle peut reprendre 20 PO le 15 janvier

Antechrista a placé 17PO elle peut reprendre 20 PO le 17 janvier

Elrohir a placé 17PO il peut reprendre 20 PO le 15 janvier

Jack arclith a placé 10PO il peut reprendre 12 PO le 7 janvier

Carline a placé 17PO elle peut reprendre 20 PO le 22 janvier

Sinistrae a placé 23PO il peut reprendre 28 PO le 13 janvier

Henharma a placé 14PO elle peut reprendre 17 PO le 13 janvier

Nylarad a placé 12PO il peut reprendre 14 PO le 12 janvier

Mina a placé 8PO elle peut en reprendre 10 le 17 janvier (désolé Mina...et désolé aussi de supprimer ton message, ceci est une zone a peu pres RP donc je dois éviter de laisser des messages comme celui ci, mais accepte encore une fois mes excuses.)

Je voudrais juste faire une petite remarque au niveau de ton rp necomortis... je suis désolé du retard pour la mise a jour, mais je pense que tu sais les gobelins peuvent faire des updates de comptes meme si je ne le dis pas. si quelqu'un sort de l'argent un bout de temps apres qu'il aurait du etre updaté, l'argent de son compta aura quand meme augmenté meme si moi ou ML ne l'avons pas écrit... enfin ce n'est pas grave.

Necomortis enlève 10PO de son compte! il lui reste 10 Po qu'il pourra retirer le 27 janvier!

il gagne 1 xps pour rp (en continuité celui la seul se serait trop donner.)

Et passe level 3!

il gagne des bonus en force habilleté et endurance!

*************************************************************

_________________


Dernière édition par le Jeu 11 Jan - 23:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Draling
Héros
Héros
avatar

Masculin Nombre de messages : 183
Age : 27
Niveau : Pas la peine de savoir, tu es déjà mort....
Date d'inscription : 09/10/2006

Feuille de Personnage
Points de Vie:
85/85  (85/85)
Points d'Actions:
20/20  (20/20)
Points d'Expérience:
21/30  (21/30)

MessageSujet: Re: La Banque   Ven 19 Jan - 17:36

La nuit que Draling avait passée au lac en compagnie de la charmante Henharma fut des plus agréable. Les images de lui en train de caresser la peau si douce de cette demoiselle lui revenaient sans cesse à l’esprit. Il pouvait encore sentir son doux parfum, revoir son léger sourire sous l’effet de ses caresses. Il revoyait encore ses cuisses à peine vêtues et ses cheveux poser sur ses seins.

¤ Il faut que je vous revois Henharma, ma douce Henharma…. ¤

La tête dans les nuages, Draling ne faisait attention a rien autour de lui. Il bousculait les passants, renversait les poubelles et parfois même trébucher. Il entendait seulement quelques injures par-ci par là, mais n’y prêtait pas attention.
Ses pas inconscients le guidèrent à travers tout Turbino. Du quartier chic au bas fond du village, Draling traversait tout sans même y prendre attention. Le guerrier était dans ses pensées lorsqu’une odeur infecte l’arracha à ses songes.


¤ Mais bon sang, quelle odeur ! J’ai du marcher dans quelque chose ?! ¤

Draling regardât sous ses bottes mais il ne vu rien. Ce n’est quand relevant la tête qu’il aperçut la Taverne Fumante, au lieu gastronomique pour les ivrognes.

¤ La cuisine traditionnel d’ici à vraiment une odeur de merde….. ¤

Draling passa au plus vite devant l’auberge et chercha un coin à l’écart des odeurs.

¤ Bon c’est pas tout mais qu’es-ce que je suis venu faire ici moi ?? ¤

Il réfléchit un court instant puisse rappela pourquoi il devait revenir au village.

¤ Ah je sais, je devais aller retirer mon argent à la banque. J’y vais de ce pas…. ¤

De ce pas, c’était vite dit.

¤ Merde ! C’est quoi ce village ! Les rues se ressemblent toutes ! Et il y a même pas d’indication…… ¤

Draling regardait autour de lui pour essayer de se repérer, en vain. Il vit alors un vieillard assit prés d’un porche. Il s’approchât et, renflouant son orgueil tout au fond de lui, il lui demanda la direction de la banque.

" Bien le bonjour monsieur. Pourriez-vous m’indiquer la banque ? "
" T’as qu’à suivre les panneaux ! " lui répondit l’homme d’un ton sec.

Draling le remerciât comme il sait si bien le faire.

" Mais merde, il n’y a pas de panneaux !!! Vous êtes aveugle ou quoi ? "
" T’as trouvé mon ptit, suis aveugle. "

Le guerrier rougi de honte lorsqu’il vit à coté du vieillard une petite pancarte avec marquer dessus : L’aumône pour un aveugle.

Le vieillard indiquât tout de même à Draling l’emplacement de la banque, même si cela était très vague.
Vingt-cinq minutes plus tard, le guerrier ce trouvait enfin devant la porte de la banque.
Il ouvrit celle-ci et s’avançât au comptoir comme pour commander une bière, sauf que la, ont aller lui donner des sous.


" Bien le bonjour sieur gobelin. J’aimerais retirée de l’argent, si cela est possible. "

A l’instant même où le gobelin entendît le mot argent, il tendit la main. Draling le regardât puis mit ça main sur son front comme pour réfléchir.

¤ Mais putain, qu’es-ce qu’ils ont tous aujourd’hui à se payer ma tête ! ¤

Draling reposa la question sous une autre forme, en espérant qu’il comprenne.
" Je viens reprendre mon argent, pas t’en donner ! T’as compris ? Toi aller chercher mon argent ! "

Le gobelin parti alors fouiller dans les dossiers et rapportât une bourse remplit de pièces d’or.
Le guerrier la prit et remercia le gobelin de ça bienveillante coopération puis s’en alla par la ou il était venu.


/HRP:Draling retire la totalité de son argent:HRP/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître des Ténèbres
Designer
Designer
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 111
Niveau : infini
Date d'inscription : 28/10/2006

Feuille de Personnage
Points de Vie:
666/666  (666/666)
Points d'Actions:
666/666  (666/666)
Points d'Expérience:
666/666  (666/666)

MessageSujet: Re: La Banque   Ven 19 Jan - 22:36

***************************************************************

Draling retire 24 PO de la banque! le compte de draling est toujours existant mais ne sera plus remis a jour (en meme temps 25% de 0 sa ne va pas loin...)

***************************************************************

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seïla Ferynwël
Noob
Noob
avatar

Féminin Nombre de messages : 9
Age : 27
Date d'inscription : 13/01/2007

Feuille de Personnage
Points de Vie:
65/65  (65/65)
Points d'Actions:
20/20  (20/20)
Points d'Expérience:
1/10  (1/10)

MessageSujet: La Banque   Mar 10 Avr - 22:58

Après plusieurs jours de repos, Seïla se décida enfin à aller dans le village de Turbino. Elle sortit de sa poche un sac rempli de 10 Po

- Que vais-je faire de cet argent ? Je ne prefère pas la garder sur moi, trop de voleur traine dans les rues ... mais bien sur ... la banque.

Elle prenna donc la direction de la banque mais bien sur, le problème d'orientation lui barra sa route alors Seïla demanda à un vieux nain le chemin. Cette petite créature était entrain de cirer ses chaussures quand Seïla s'approcha de lui. Il la regarda d'un air méfiant, mais posa tout de même une question :

- Que me veux-tu ? Pourquoi me cache tu le soleil ?

Seïla, surpris par cette question si soudaine, répondit en rajoutant une petite note de politesse :

- Je suis désolé de vous déranger en plein travail, mais je voudrais savoir où se situe la banque ?

Le nain arrêta de cirer ses chaussures et regarda de plus près la charmante jeune elfe puis dans une exclamation de joie répondit en se levant :

- SEÏLA FERYNWËL !!!!

- Oui, c'est bien moi ... mais comment me connaissez-vous ?

- Vous ne me connaissez pas, mais j'étais parmis les nains qui vous ont sauvé la vie ... vous vous rapellez ?

Seïla ouvrit grand son esprit et ce souvenir lui revint. Mais le visage du nain lui resta tout de même inconnu. Mais ce n'étais pas trop grave car deux secondes après, cette petite créature lui avait tout dis. Il s'apellait Feryn Goleji, il était le plus jeune du groupe mais aimait beaucoup se battre. Plusieurs heures étaient passé et Seïla avait oublié le but de sa sorti, mais Feryn lui demanda :

- Alors comme ça tu vas à la banque ?

- Oui, pour m'ouvrir un compte, mais je ne connais pas la route, pourrais-tu me l' indiquer car j'admet que je suis un peu perdu dans toute ces petites ruelles sombres.

- Il n'y a pas de problème, pour plus de facilité, je vais t'accompagner dans ta route.

Et tout deux partirent vers la banque, Seïla repensa à son père, voir son visage dans sa tête refleta en elle un manque de besoin paternel. Mais cette pensée se brouilla quand elle entendit la voix du nain :

- Voici la banque du village de Turbino, ne t'inquiète pas à l'interieur, tu ne pourras pas te perdre, tout est indiqué.

Seïla embrassa le nain sur la joue, entra dans la banque et fit un petit signe au nain pour le remercié de l'avoir aidé. Elle marcha tout
droit et vit un gobelin installé dans un bureau.
"Surement le secrétaire de la banque" se dit-elle, alors elle s'approcha et lui demanda :

- Bonjour, je voudrais ouvrir un compte.

Le gobelin souffla et lui donna une feuille

- Ca vous fera 2 Po

Il avait l'air fatigué et quand Seïla prit la feuille, il reprit vite fait son travail. "Qu'il a l'air énervé, il n'avait qu'à pas faire ce travail", après cette petite phrase à voix basse elle prit une plume et de l'encre et rempli la feuille :


Nom : Seïla Ferynwël
Race : Elfes
Métier : aucun
Nombre de quêtes accomplit pour le moment : aucune
Pièce d'or placé en banque : 8

Après avoir fini de remplir la feuille, elle la rendit au gobelin d'un geste sec puis donna ses 10 Po. Elle se retourna pour partir sans même dire au revoir au gobelin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître des Ténèbres
Designer
Designer
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 111
Niveau : infini
Date d'inscription : 28/10/2006

Feuille de Personnage
Points de Vie:
666/666  (666/666)
Points d'Actions:
666/666  (666/666)
Points d'Expérience:
666/666  (666/666)

MessageSujet: Re: La Banque   Mer 18 Avr - 21:20

**************************************************************

Seila ouvre un compte le 10/04, elle a 8 PO sur ce compte.

HRP: quelqu'un est tenté pour remettre a jour la banque? je n'ai pas le temps de tout faire, donc sa permettrait de remonter les sousous dans les popoches!


**************************************************************

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Banque   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Banque
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Explication banque
» Le FMI s’interroge sur la viabilité de la Banque du Sud
» Banque : Cala' Dyplouf
» Compte en banque de Salamander Kyoke Loki
» Banque d'Avatars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde D'Isilgardh :: Le Jeu de rôle : Isilgardh World :: Le Village De Turbino-
Sauter vers: